Marly-le-roi
 

Naissance du conservatoire

Au cœur des années 60, le renouveau musical de Marly-le-Roi prit corps avec l’Association des Concerts de Marly dont quatre grands musiciens en furent à l’origine : Roger Bourdin, chef d’orchestre à l’ORTF et flûtiste de renommée internationale ; Jean Witold, musicologue, chef d’orchestre et compositeur ; Pierre Keller, professeur de musique et Guy Pernoo, maître de chapelle de l’église de la Madeleine à Paris. À la suite de l’Association des Concerts de Marly, furent créées d’autres associations autour de la pratique et de la promotion de la musique, en particulier le Collegium musicum de Marly (solistes de Marly) et la Société de l’Orchestre de Marly. Des concerts furent ainsi organisés à Marly et dans les communes environnantes afin de sensibiliser de nouveaux publics. Dès 1965, des actions pédagogiques à destination des enfants furent développées dans les écoles de la Ville.

C’est dans ce contexte que fut créé le conservatoire en 1969, sous forme associative d’abord, pour devenir ensuite conservatoire municipal en 1971, avec à sa direction Roger Bourdin, puis la harpiste, concertiste et compositrice, Annie Challan de 1976 à 2012.

La Maison Jean Witold qui abrite aujourd'hui le conservatoire agréé à rayonnement communal date de la fin du XIXe siècle. Elle appartenait à l'origine à un cultivateur et son épouse, Édouard et Louise Guitel. La demeure était connue sous le nom des Vergers Fleuris. Quelques propriétaires plus tard, en 1928, l'industriel Charles Gervais l'achète à son occupante, Madame Basset. La propriété est baptisée du nom de son nouveau propriétaire : Le Pré Gervais.
La demeure a été vendue à la commune en 1966 avec son domaine de trois hectares et demi. Elle fut inaugurée le 26 novembre 1966 en tant que maison des Jeunes et de la Culture. Elle accueillait alors la bibliothèque municipale et des salles de réunion, puis le conservatoire en 1969.

Roger Bourdin (Mulhouse, 1923 - Versailles, 1976)

Flûtiste hors pair, il décrocha son premier prix au Conservatoire de Paris dans la classe de Pierre Moyse à l'âge de seize ans, avant d'entrer l'année suivante au poste de seconde flûte solo à l'Orchestre des concerts Lamoureux aux côtés de celui qu'il considérait comme "le plus sublime" de ses maîtres, Fernand Caratgé. Professeur au conservatoire de Versailles dès 1943, Roger Bourdin y formera de nombreux élèves parmi lesquels certains mèneront par la suite de belles carrières.

Il se distingua par sa conception d'une musique sans frontières et sans préjugés. Séduit dans les années 1940 par des artistes de jazz tels que Duke Ellington ou Jack Diéval, il effectua ses débuts en soliste dans le domaine de la musique légère, non seulement avec des orchestres alors parmi les plus réputés, comme ceux de Paul Bonneau, Henry Leca ou Guy Luyparts, mais aussi avec un quatuor qu'il avait créé au lendemain de la guerre et qui regroupait à ses côtés Pol Mule, Eugène Masson et Jean-Pierre Rampal.

Si le succès fut aussitôt au rendez-vous pour les concerts et les innombrables disques de Roger Bourdin, ses flûtes et son orchestre, son parcours dans le répertoire classique fut, lui aussi, des plus admiré. Il enregistra en 1953 avec Lily Laskine le Concerto pour flûte et harpe de Mozart et forma par la suite avec la harpiste Annie Challan, un duo resté dans les mémoires, tout comme le « Trio de Versailles » en compagnie de cette même artiste et de l'altiste Colette Lequien. Ses collaborations avec l'Orchestre de chambre de la Sarre de Karl Ristenpart et celui de Versailles dirigé par Bernard Wahl furent, elles aussi, remarquables.

Rober Bourdin est aussi à l'aise dans le domaine classique que dans la variété et il partagea toujours sa vie entre les deux - les récentes rééditions de ses enregistrements s'intitulent d'ailleurs Entre deux arts. Partenaire de nombreux chanteurs, de Boris Vian à Cora Vaucaire, en passant par Pierre Perret et bien d'autres, il se révéla un musicien protéiforme, brillant interprète, arrangeur adroit, compositeur prolixe et plein d'humour, et redoutable improvisateur. Il laisse dans ce dernier domaine une trace des plus précieuse avec le solo qui accompagne la chanson de Jacques Dutronc, Il est cinq heures, Paris s'éveille (1968).

En 1971, désirant transmettre et faire partager sa passion pour la musique, il accepte la direction du conservatoire de Marly-le-Roi.

Plus d'informations sur rogerbourdin.org

Annie Challan (née à Toulouse en 1940)

Annie Challan nait dans une famille de musiciens. Elle débute le piano dès l’âge de deux ans puis la harpe à neuf ans dans la classe de Lily Laskine avec qui elle obtiendra à quinze ans le Prix du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Harpe solo à seize ans de l’Orchestre Colonne, elle intègre sur concours à dix-huit ans l’orchestre de l’Opéra de Paris et elle y restera dix-huit ans.

Annie Challan crée, avec Suzanne Cotelle le premier « duo de Harpes Français », qui donne lieu à l’enregistrement d’un disque. Puis forme avec Roger Bourdin le « duo Flûte et Harpe » de renommée internationale.

Sa carrière sera ponctuée de nombreuses tournées en France et à l’étranger, concerts en solo, duo ou trio ainsi que des participations en tant que soliste de l’ORTF à des émissions de radio et de télévision.
Elle n’a pas vingt-cinq ans et grave déjà des enregistrements prestigieux : sa découverte de concerti inconnus du XVIIIe siècle donne lieu à un disque qui fera l’unanimité de la critique. Suivra l’enregistrement de Musique Française pour Harpe avec l’Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire sous la direction de André Cluytens. Plusieurs disques en solo, en duo avec Roger Bourdin… et la Sonate pour flûte, alto et harpe de Debussy en compagnie de Colette Lequien et Roger Bourdin qui reste encore une référence à l’heure actuelle.
Par la suite d’autres duos verront le jour dont le premier duo violoncelle et harpe avec Yves Bellec.

En parallèle, passionnée d’enseignement, elle est nommée dès 1971 professeur au CNR de Versailles et au conservatoire de Marly-le-Roi, dont elle deviendra directrice en 1976 jusqu'en 2012.

Attachée à montrer toutes les possibilités de la harpe, et cherchant toujours à élargir le répertoire de cet instrument finalement méconnu, après avoir exploré la musique du XVIIIe siècle, Annie Challan toujours respectueuse des œuvres retranscrit des musiques écrites à l’origine pour piano ou guitare et emmène les auditeurs dans d’autres contrées lors de concerts et de nouveaux enregistrements.

Sa passion pour la transmission de la musique lui fait composer aussi de nombreux morceaux adaptés aux élèves de tous niveaux.

Annie Challan est faite Chevalier de l'ordre national du Mérite en 2002 et reçoit la Médaille d'Honneur de la Ville de Marly-le-Roi en 2016.

Son site internet maindanslapatte.net

 
Retour haut de page